Web 2.0 : un, deux, trois partez !

Vous souvenez-vous... quand il était si difficile de créer un site Web ?
jeudi 16 septembre 2010

Mains négatives à phalanges manquantes de la grotte de Gargas (Hautes-Pyrénées, France) Depuis quelques années, en
vous connectant simplement
sur un site Internet,
vous pouvez créer en quelques
clics votre site personnel, commencer
un blog en deux
secondes, créer votre page sur
Facebook, participer à des
forums, mettre vos photos en
ligne ou même écrire un article
dans Wikipédia si vous avez un
domaine de prédilection. Vous
avez fait des progrès fulgurants
en langage html et en informatique ?
Non, vous êtes passé au
Web 2.0.

On appelle le Web 1.0 les pages
Web existant depuis l’origine,
difficilement modifiables et
actualisables étant donné la complexité
des talents nécessaires
(programmation informatique
mais aussi sens artistique...).
L’intuitivité de la recherche d’informations
sur le site ou son
aspect esthétique n’étaient pas
primordiaux, ce qui peut paraître
paradoxal.

C’est quoi donc ?

Le néologisme « Web 2.0 » a été
utilisé pour la première fois par
Dale Dougherty et Tim O’Reilly
en 2003. Il désigne des sites Web
qui réunissent les particularités
suivantes :

- Le site est une plate-forme,
c’est-à-dire que l’on peut écrire
et publier sur le Web en se servant
des outils du Web (et non
plus en créant sur son ordinateur
un fichier en langage html que
l’on envoie via un logiciel de
transfert FTP).

- Un travail collaboratif, c’est à-
dire incluant de préférence un
nombre conséquent de personnes,
qui collaborent ensemble
sur un projet commun. L’internaute
n’est pas un consommateur
lambda : il participe et crée
lui-même des contenus numériques,
devenant ainsi un acteur
de la satisfaction des besoins du
collectif.

• Des outils en perpétuelle mutation : les logiciels du Web 2.0 ont
souvent une version « bêta »
(c’est-à-dire en construction) susceptible
d’amélioration.

• La diffusion quasi immédiate
des mises à jour.

Des noms

Wikipédia, les blogs, Facebook,
Twitter, Flickr, MySpace, You
Tube, Dailymotion, Google
Maps, la syndication, et autres
Ebay font partie du Web 2.0.
Alors, c’est plus clair ? Développons
un peu...

- Facebook : tout a été dit... Est-il
vraiment nécessaire d’y revenir ?

- Wikipédia : c’est le plus connu
de tous les Wiki. Un Wiki est
un site Internet collaboratif. Les
personnes qui le visitent peuvent
modifier ou ajouter des données.
Dans le cas de Wikipédia, il
s’agit d’une encyclopédie dont
le contenu est créé par les inter-mutanautes
qui souhaitent partager
leurs connaissances sur un
domaine précis. D’autres internautes
peuvent ensuite modifier
ou compléter les articles déjà
créés. Vous pouvez consulter à ce sujet
le dossier US en 2008 :"Wikipédia, projet
encyclopédique, entre succès et débats passionnés "
http://www.adapt.snes.edu/spip.php?article545

- Blog : contraction de Web log
(journal sur l’internet). Il s’agit
d’un carnet de notes publié sur
Internet. Les blogs prennent peu
à peu la place des pages personnelles.
Et pour cause : il existe
des sites (Haut et Fort, Overblog...)
qui permettent de réaliser
très facilement un blog lambda.
Si vous en avez envie, vous pourrez
ensuite modifier le fond, les
polices... Nul besoin d’être un
expert...

- Il existe maintenant ce que l’on
appelle le microblogging incarné
par Twitter. Visuellement, cela
ressemble à Windows Live Messenger.
Mais vous ne dialoguez
pas avec quelqu’un : vous écrivez
régulièrement des petits messages
(pas plus de 140 caractères),
destinés par exemple à
rassurer vos amis sur le fait que
vous êtes toujours vivant...

Twitter a été pris d’assaut par
les hommes politiques et les
people, séduits par la simplicité
d’utilisation de cet outil de communication.
Les institutions commencent
d’ailleurs à s’approprier
cet outil qui tend à prendre le
pas sur Facebook en terme de
communication : notre ministère
préféré s’y est mis, et notre syndicat
favori aussi...

- Partage de vidéos ou de photos
en ligne : Qui n’est jamais allé
sur You Tube ou Dailymotion
pour visionner des vidéos ? Des
amis ou de la famille vous ont
sûrement déjà envoyé un lien
pour visionner leurs albums photos
 ? Vous l’avez peut-être vous même
testé, lors d’une occasion
spéciale ? Il suffit de se créer un
compte sur Dailymotion, You
Tube, sur Flickr et on met en
ligne ses vidéos ou ses photos

.
- Un outil de veille documentaire
 : Nous nous permettons
un petit rappel à la page multimédia
de juin 2010 : Netvibes, c’est le
Web 2.0. En utilisant un agrégateur
de flux, vous pouvez rassembler
sur une seule page les
mises à jour de vos sites de journaux
préférés... Grâce aux fils
RSS (fichier texte qui contient
les dernières mises à jour d’un
site), vous pouvez connaître
immédiatement l’actualité des
sites sélectionnés.

- D’autres possibilités
s’offrent à vous : Google
Actualités
par exemple vous permet
de vous tenir au courant des
sujets qui vous intéressent.
Le Web 2.0 est donc un outil
formidable. Mais il convient de
l’utiliser et d’y participer avec
précaution : sachez en effet que
si vous n’y prenez pas garde,
vous pouvez livrer sur le Net des
données personnelles que vous
ne souhaitiez pas dévoiler...

Alors twittez, bloggez, faceboo-kez autant que vous le souhaitez,
mais lisez bien les conditions
d’utilisation... et surtout définissez
soigneusement votre profil.

Quel usage en faire en classe ?

Dans l’article du mois de juin 2010,
vous disposiez d’exemples d’utilisation
de Netvibes. Vous pouvez
utiliser les blogs pour réaliser
un journal, mettre des travaux
d’élèves en ligne, réaliser un carnet
de voyage. Vous pouvez travailler
avec vos élèves sur l’élaboration
d’un article pour
Wikipédia, réaliser des vidéos et
les mettre en ligne, travailler
avec des collègues d’autres établissements
ou pourquoi pas avec
la classe d’à côté... Vous avez
également la possibilité de travailler
sur le droit de l’Internet et
le droit d’auteur.

Vous consulterez avec profit

- le
dossier d’Éducnet sur le sujet

- et les dossiers d’Adapt sur
les blogs et les sites web
http://www.adapt.snes.edu/spip.php?article549
sur Netvibes et ses alter-ego
http://www.adapt.snes.edu/spip.php?article616


Contact

ADAPT
46 av d’Ivry
75013 Paris



Tel : +33 1 40 632 830
Fax : +33 1 40 632 815
Mél : adapt@snes.edu
SIRET : 348 625 864 000 15

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois