Le logiciel documentaire, illustre inconnu ?

BCDI ou PMB ? PMB ou BCDI ? Quel débat ?
vendredi 26 septembre 2008
par  Jean-Pierre Hennuyer

Le collègue utilisant le CDI –pour ses propres besoins ou pour préparer les recherches des élèves– peut certes chercher face aux rayonnages, avoir repéré des articles dans l’index de sa revue favorite, transposer ses habitudes personnelles construites en fonction de son propre parcours, probablement lié à son âge... Mais utiliser un logiciel documentaire –gérant et exploitant une base de données bien mise à jour– permet de repérer rapidement et rationnellement l’ensemble des ressources pertinentes. C’est aussi un moyen d’anticiper au mieux les itinéraires que les élèves pourront emprunter et donc d’enrichir les apports pédagogiques du travail envisagé. D’ailleurs, les tiroirs de fiches cartonnées étant depuis longtemps passés aux oubliettes , les professeurs documentalistes considèrent comme une évidence que tout utilisateur se sert du logiciel documentaire pour consulter le catalogue ; mais ce réflexe n’est pas toujours acquis et le choix du logiciel ne va pas de soi. D’autant que la situation est curieuse : le logiciel émanant du secteur public paraît trop coûteux pour certains établissements et il est confronté à un concurrent du secteur commercial, libre et gratuit ! Le monde à l’envers ?

Sur cette page :

| État des lieux et problématique | Le thésaurus, langage documentaire |
PMB, l’offre libre | L’offre propriétaire BCDI |
Peut-on conclure ? | rubrique 4 |

size="2">État des lieux et problématique

Les critères de sélection sont de plusieurs ordres :

– La facilité d’utilisation est déterminante car c’est un outil de la gestion quotidienne du CDI ;

– L’exploitation pédagogique d’une base de données suppose interface intuitive, consultation de tout poste de l’établissement et même de chez soi si nécessaire, mais ce n’est pas toujours le cas, particulièrement en collège ;

– Les coûts initiaux et de mise à jour ne doivent pas compromettre l’enrichissement du fond !

Deux SIGB (systèmes intégrés de gestion de bibliothèque) sont bien représentés dans nos établissements, les autres –nécessitant un budget beaucoup plus important– ayant quasiment disparu.

BCDI, leader historique (depuis Mémolog, créé en 1986) est développé et diffusé par le CRDP de Poitiers. Il reste utilisé dans la grande majorité des CDI mais la politique d’abonnement suscite de vives critiques. La version de la rentrée 2008 est la 1.9.

Le logiciel PMB apparaît en 2002, la société PMB-services en 2004. Des migrations s’effectuent vers ce logiciel diffusé sous licence libre et qui se télécharge gratuitement. Ainsi l’académie de Rennes l’a choisi pour remplacer Superdoc (produit privé), il est « implanté » à Toulouse, une expérimentation est en cours à Aix-Marseille et des collègues entrant dans le métier –découvrant parfois des versions « vieillies » de BCDI– franchissent le pas. La dernière version est la 3.1.21.

On trouvera un bon exposé des problématiques de choix sur le site de l’académie de Rouen

Pour en savoir plus sur les logiciels documentaires

- BCDI

- PMB
http://www.pmbservices.fr/nouveau_site/pmbservices.html

- D’autres logiciels :

  • etc.
  • aux tarifs inabordables pour la plupart des établissements scolaires.

<font
color="#000080" size="3" face="Arial">Le thésaurus, langage documentaire

Les langages documentaires de type thesaurus entraînent vers une réflexion sur le langage et contribuent à l’acquisition d’un esprit d’analyse. Ils sont nés de la volonté de réduire la polysémie du langage naturel, source de bruit et de silence, de gaspillage de temps et d’argent, lors d’une recherche d’information.

« Un thesaurus est une liste d’autorité organisée des descripteurs et de non-descripteurs obéissant à des règles terminologiques propres et reliés entre eux par des relations sémantiques (hiérarchiques, associatives ou d’équivalence). Cette liste sert à traduire en un langage artificiel dépourvu d’ambiguïté des notions exprimées en langage naturel. » (définition AFNOR, 1981).

« ... Un thesaurus sert à indexer des documents. Ces documents sont alors liés entre eux via les relations sémantiques des termes sur lesquels ils sont indexés. [...] Cette technique permet de rechercher et de naviguer aisément dans la connaissance des documents indexés. » (dicodunet).

- Fiches pédagogiques sur les langages documentaires,, site de documentalistes ;

- quiz pour tester ses connaissances sur l’indexation, au CNDP, ;

- thésaurus du CNDP : Motbis, ;

- thésaurus de l’UNESCO :


<font
color="#000080" size="3" face="Arial">PMB, l’offre libre

PMB, se télécharge gratuitement. L’outil est séduisant, l’interface usager (recherche, navigation à travers la Dewey) est plus claire que celle de BCDI, la saisie d’une fiche est rapide, un simple logiciel de navigation suffit pour la consultation (mode web2). Prévoit la gestion de réseaux de bibliothèques et l’intégration des notices de la BnF, etc. Cependant, on ne peut pas, pour l’instant, gérer les fiches par lot et il serait sans doute souhaitable de simplifier l’installation et la configuration de PMB pour des utilisateurs non avertis. Pas de formations spécifiques dans la plupart des académies et en IUFM, ce qui rend souvent les collègues dépendants d’une maintenance et d’une formation faisant l’objet de devis modulables ; il est difficile ainsi d’anticiper les coûts d’entretien. On peut aussi s’interroger, naturellement, sur l’avenir de la société PMB-services dont le site n’est d’ailleurs pas toujours bien à jour. L’absence d’accord de cession des droits du thésaurus Motbis par le CNDP freine également les décisions de migration (on peut utiliser celui de l’Unesco, mais il n’est pas construit pour nos élèves). Des collègues intéressés par la philosophie du logiciel libre et compétents en informatique ou bien épaulés localement ou par leur académie, apprécient PMB ou (et) y trouvent un avantage économique.

Pour connaître ou utiliser PMB :

Démo sur le serveur de Pmb-services et accès à un Wiki des utilisateurs et des listes de discussion ;

Présentation très complète de F. Rabat, académie de Rouen, ;

– Beaucoup d’informations sur espacedoc de Rennes, citedoc.net, scideralle.org, ac-rennes.fr ;
Fiches pratiques à Toulouse ;

Quelques conseils à Aix-Marseille qui expérimente et envisage la généralisation

– Et aussi ardepcentre.com ou savoirsCDI au CNDP

Pour convertir une base de BCDI vers PMB


<font
color="#000080" size="3" face="Arial">L’offre propriétaire BCDI

Le CRDP de Poitou-Charentes en diffuse les versions successives ainsi que les productions de services documentaires (MémoFiches, MémoDocNet…). La version réseau fonctionne en mode client serveur, BCDI-Web intègre l’utilisation d’Internet, ce qui permet d’interroger la base du CDI de chez soi ou de tout poste de l’établissement. BCDI bénéficie de mises à jour automatiques du thésaurus Motbis grâce à un accord avec le CNDP.

Selon l’éditeur, « plus de 85% des CDI du Second degré –Éducation Nationale et Agriculture– ont choisi BCDI Collège-Lycée », choix qui résulte sans aucun doute de l’histoire et du réseau de proximité des CRDP et CDDP. Si l’achat est abordable (1000 € pour un collège de moins de 600 élèves), l’annualisation des abonnements pèse indéniablement sur les budgets d’autant qu’il n’y a pas d’avantage tarifaire à espacer dans le temps les mises à jour. Créé en 2006, l’abonnement été justifié par « des évolutions programmées de BCDI correspondant à des changements significatifs ». L’aspect économique est certainement déterminant dans l’abandon de BCDI par certains établissements .

Si on constate des récriminations sur les bugs à la parution des nouvelles versions, il faut considérer avec objectivité que le logiciel s’est beaucoup perfectionné. Cependant BCDI n’a pas que des qualités, certains collègues contestent la complexité, voire l’obscurité, de certaines fonctionnalités du logiciel (opérations de sauvegarde et d’introduction des banques de données élèves, en vue des prêts ) et le manque de sobriété des pages de recherche documentaire, qui entraîne les élèves à la dispersion, surtout en collège.

Assez logiquement, il existe de nombreuses formations sur BCDI dès l’IUFM et de nombreux sites, connus, faciles à retrouver, offrent une aide efficace. CRDP et CDDP assurent un accompagnement de proximité. Il faut noter au moins :

- CRDP de Poitiers,, et le club BCDI,, à la disposition de tout utilisateur.


<font
color="#000080" size="3" face="Arial">Peut-on conclure ?

Les enseignants-docs font tout pour mettre à disposition un fonds attrayant (livres, revues), les qualités et la bonne mise à jour du logiciel documentaire conditionnent sa mise en valeur. Malgré la présence d’un « produit-maison », cet outil pédagogique (et de gestion) peut être choisi et ce choix dépend de ce qui est en place dans l’établissement comme des ressources financières et en personnel formé. Que l’État via le MEN ait mis le réseau public des CRDP et le CNDP dans une logique commerciale pose un sérieux problème, particulièrement pour des outils aussi déterminants dans le quotidien des collèges et lycées. Nous n’avons pas la prétention de trancher le débat en 2 pages, faites nous part de vos observations et, avant toute décision, manifestez vous sur les listes de diffusion des documentalistes :

Liste modérée du CRDP de Rennes, CDI-doc, ;

Liste non modérée, Enseignants-documentalistes, ;

– Sans oublier la liste du SNES, Ossantre (écrire à documentalistes@snes.edu).


<font
color="#000080" size="3" face="Arial">Rubrique 4



Contact

ADAPT
46 av d’Ivry
75013 Paris



Tel : +33 1 40 632 830
Fax : +33 1 40 632 815
Mél : adapt@snes.edu
SIRET : 348 625 864 000 15

Agenda

<<

2017

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois